Est-ce vraiment nécessaire de s’exporter pour faire de la chirurgie esthétique ?

Le tourisme esthétique est un marché très lucratif rapportant un chiffre d’affaires de plusieurs milliards de dollars par an. Les formules tout inclus de certaines cliniques remportent un franc succès. Les prix attractifs sont une aubaine pour les adeptes du bistouri comme pour ceux qui y font leur premier pas. Mais est-il vraiment nécessaire d’aller à l’étranger pour faire de la chirurgie esthétique ?

export-chirurgie-esthetique

Les risques du tourisme esthétique à l’étranger

Certes, les pays étrangers leaders en chirurgie esthétique ont de sérieux atouts : soleil, exotisme et prix moins élevés. Beaucoup de candidats à la chirurgie esthétique s’intéressent à l’idée de combiner plaisirs et confort, chirurgie esthétique et vacances.

Séoul n’est pas nommée la capitale mondiale de la chirurgie esthétique pour rien. Le quartier de Gangnam est l’endroit idéal pour tout changer ! D’autres villes ont également leur spécialité : Bangkok pour une augmentation mammaire, Rio de Janeiro pour une lipo abdominale, le Venezuela pour une augmentation du postérieure ou encore le Costa Rica pour un sourire sur-mesure. La Belgique est également bien placée en terme d’interventions

Mais attention, même si les soins reçus à l’étranger sont moins chers et qu’ils sont pris en charge par l’assurance maladie, les voyages esthétiques présentent aussi des inconvénients majeurs.

Le suivi post-opératoire des patients est souvent pointé du doigt, car il n’existe aucun dispositif permettant de garantir une prise en charge des complications médicales graves. En effet, si les opérations en elles-mêmes sont couvertes par l’assurance, les suites opératoires, les insatisfactions, les complications classiques (hématomes, nécroses, infections…), ou encore les résultats inesthétiques ne le sont pas.

Comment choisir sa clinique ?

Certains pays ont véritablement la cote auprès des patients, et si la France garde les faveurs de la majorité d’entre eux, d’autres optent pour la Belgique.

En Belgique

Il faut dire que la Belgique offre les avantages d’une intervention à l’étranger : prix plus intéressant, excellente qualité de soins, attente peu longue, possibilité de mêler tourisme à un séjour médical. Avec le développement de l’Union européenne, les échanges entre pays sont plus simples qu’avant. Partir à l’étranger permet d’ailleurs de consulter les meilleurs spécialistes, à des prix plus attractifs qu’en France.

Si depuis des années il est possible de se faire soigner en dehors de la France, d’obtenir un remboursement de sa mutuelle et même d’acheter des médicaments avec une prescription française, une directive européenne a rendu tout cela officiel en 2013. C’est pourquoi de nombreux patients n’hésitent plus !

En France

Le choix d’une clinique en France est intéressant pour se faire poser un implant ou procéder à une lipoaspiration. En France, la loi de 2015 impose à la discipline un niveau d’excellence en termes de qualité et de sécurité. Les pratiques sont fortement encadrées. Mais cette législation ne protège que les patients opérés sur le territoire français uniquement. Cela leur permet de retourner voir le chirurgien les ayant opérées ou de faire un recours juridique. De nombreux centres spécialisés comme Lipofine à Paris sont donc dépendant de cette loi.

À l’étranger, il est quasiment impossible d’entamer des recours juridiques souvent très compliqués et les chances de dédommagement sont nulles. Conscient de l’intérêt des patients pour le tourisme esthétique, la France a lancé un programme visant à les attirer. Les problématiques sont cependant persistantes, car la qualité et les normes vont de pair avec un prix plus élevé et la logique du porte-monnaie l’a toujours emporté sur la sécurité.

Le défi est donc d’attirer les patients étrangers solvables avec une offre adaptée à leur budget.

Laisser un commentaire

Flash Santé © 2016 Frontier Theme