La Dysfonction érectile ou impuissance masculine

Impuissance masculine hommeLa dysfonction érectile, aussi appelée l’impuissance masculine, est un dysfonctionnement sexuel caractérisé par l’incapacité de l’homme à développer ou de maintenir une érection du pénis pendant les rapports sexuels.

Fonctionnement érectile

Pénis, coupe du corps caverneuxUne érection est l’effet hydraulique du sang entrant et retenu dans le corps spongieux du pénis. Le processus est le plus souvent initié à la suite de l’excitation sexuelle, lorsque les signaux sont transmis du cerveau aux nerfs du pénis.

Les causes naturelles les plus fréquentes de l’impuissance sont les maladies cardiovasculaires et le diabète, les problèmes neurologiques (par exemple, les traumatismes causés par une opération de la prostate ou par la prostatectomie), les insuffisances hormonales (hypogonadisme) et les effets secondaires de la drogue.

La dysfonction érectile n’est pas toujours causées par des facteurs physiques. L’impuissance psychologique se rapporte à l’érection ou la pénétration qui échoue en raison de pensées ou de sentiments (raisons psychologiques) plutôt que d’impossibilité physique; Ces cas sont moins fréquents, mais peuvent être facilement traités, notamment via le placebo. La dysfonction érectile peut avoir de graves conséquences, car elle peut être mener à des problèmes relationnels ou d’estime de soi.

Outre le traitement des causes sous-jacentes telles que la déficience en potassium ou la contamination par l’arsenic de l’eau potable, le traitement de première ligne de la dysfonction érectile consiste en un essai de médicaments inhibiteurs de la PDE5 (dont le premier était le sildenafil ou le Viagra). Dans certains cas, le traitement peut impliquer des comprimés de prostaglandine dans l’urètre, des injections dans le pénis, une prothèse pénienne, une pompe pénis ou une chirurgie vasculaire reconstructive.

Causes de la dysfonction érectile

  • La consommation de drogues et la prises de certains médicaments (antidépresseurs, tels que les ISRS, et la nicotine [la citation nécessaire] sont les plus courants)
  • Troubles neurogéniques
  • Troubles du caverneux (maladie de Peyronie)
  • Causes psychologiques: anxiété de la performance, stress et troubles mentaux
  • Opérations chirurgicales
  • Vieillesse. L’impuissance est quatre fois plus fréquente chez les hommes âgés de 60 ans que chez ceux de 40 ans.
  • L’insuffisance rénale
  • Maladies telles que le diabète, la sclérose en plaques. Bien que ces deux causes de la dysfonction érectile n’aient pas été prouvées, elles sont suspectées car elles causent toutes deux à la fois des problèmes du flux sanguin et du système nerveux.
  • Mode de vie: le tabagisme est une principale cause de l’impuissance masculine. Le tabagisme provoque l’impuissance car il favorise le rétrécissement artériel.

L’intervention chirurgicale dans certaines conditions peut éliminer les structures anatomiques nécessaires à l’érection, endommager les nerfs ou nuire à l’approvisionnement en sang.

La dysfonction érectile est une complication fréquente des traitements contre le cancer de la prostate, y compris la prostatectomie et la destruction de la prostate par rayonnement externe, même si la prostate n’est pas nécessaire pour réaliser une érection. En ce qui concerne l’opération de l’hernie inguinale, dans la plupart des cas, et en l’absence de complications postopératoires, la réparation opératoire peut conduire à une récupération de la vie sexuelle des patients atteints de dysfonction sexuelle préopératoire, alors que, dans la plupart des cas, cela n’affecte pas les patients ayant une vie sexuelle normale préopératoire.

La dysfonction érectile peut également être associée à la pratique du cyclisme en raison de problèmes neurologiques et vasculaires dus à la compression. Le risque d’augmentation semble être d’environ 1,7 fois.

Les préoccupations importantes selon lesquelles l’utilisation de la pornographie peut causer une dysfonction érectile n’ont pas été étayées dans des études épidémiologiques selon une étude récente. Cependant, un autre article de revue et d’étude de cas soutient que l’utilisation de la pornographie peut effectivement causer un dysfonctionnement érectile.

Pathophysiologie

L’érection du pénis est gérée par deux mécanismes: l’érection réflexe, qui se réalise en touchant directement l’arbre du pénis et l’érection psychogène, qui est obtenue par des stimuli érotiques ou émotionnels.

La première utilise les nerfs périphériques et les parties inférieures de la moelle épinière, tandis que la dernière utilise le système limbique du cerveau. Dans les deux cas, un système nerveux intact est nécessaire pour une érection réussie et complète.

La stimulation de l’arbre du pénis par le système nerveux conduit à la sécrétion d’oxyde nitrique, ce qui provoque la relaxation des muscles lisses des corps caverneux (le tissu érectile principal du pénis) et, par suite, l’érection du pénis. En outre, des niveaux adéquats de testostérone (produits par les testicules) et une glande pituitaire intacte sont nécessaires pour le développement d’un système érectile sain. Comme on peut le comprendre à partir des mécanismes d’une érection normale, l’impuissance peut se développer en raison de la carence hormonale, des troubles du système nerveux, du manque d’approvisionnement adéquat en sang pénien ou de problèmes psychologiques. La lésion de la moelle épinière provoque un dysfonctionnement sexuel, chez l’homme y compris le dysfonctionnement érectile. La restriction de la circulation sanguine peut résulter d’une altération de la fonction endothéliale en raison des causes habituelles de la maladie coronarienne, mais peut également être causée par une exposition prolongée à la lumière vive.

Diagnostic de l’impuissance masculine

Il n’y a pas de tests formels pour diagnostiquer le dysfonctionnement érectile. Certains tests sanguins sont généralement effectués pour exclure les maladies sous-jacentes, comme l’hypogonadisme et le prolactinome. L’impuissance est également liée à une santé physique généralement médiocre, à des habitudes alimentaires médiocres, à l’obésité et plus particulièrement aux maladies cardiovasculaires telles que la maladie coronarienne et la maladie vasculaire périphérique. Par conséquent, un examen physique approfondi est utile, en particulier la recherche simple d’une hernie de l’aine précédemment inaperçue car elle peut affecter les fonctions sexuelles chez les hommes et est facilement curable.

Un moyen simple et utile de distinguer l’impuissance physiologique et psychologique est de déterminer si le patient a déjà une érection. Si le patient n’arrive jamais à avoir d’érection, le problème est susceptible d’être physiologique; Si il arrive parfois à obtenir une érection (même rarement), les causes pourrait être physiologiques ou psychologiques.

L’échographie duplex pour diagnostiquer l’impuissance

L’échographie duplex est utilisée pour évaluer le flux sanguin, la fuite veineuse, les signes d’athérosclérose et la cicatrisation ou la calcification du tissu érectile. L’injection de prostaglandine, stimulateur de type hormone produit dans le corps, induit l’érection. L’échographie est ensuite utilisée pour voir la dilatation vasculaire et mesurer la pression artérielle du pénis.

Fonction des nerfs du pénis

Des tests tels que le test de réflexe bulbocavernosus sont utilisés pour déterminer s’il existe une sensation nerveuse suffisante dans l’organe génital de l’homme. Le médecin serre le gland (tête) du pénis, ce qui provoque immédiatement l’anus de se contracter si la fonction nerveuse est normale. Un médecin mesure la latence entre le serrage et la contraction en observant le sphincter anal ou en le sentant avec un doigt ganté inséré au-delà de l’anus.

Tumescence pénienne nocturne

Il est normal qu’un homme ait cinq à six érections pendant le sommeil, en particulier lors du mouvement rapide des yeux. Leur absence peut indiquer un problème avec la fonction nerveuse ou l’apport sanguin dans le pénis. Il existe deux méthodes pour mesurer les modifications de la rigidité et de la circonférence du pénis lors de l’érection nocturne: jauge à pression et jauge de contrainte. Une proportion significative d’hommes qui n’ont pas de dysfonction sexuelle néanmoins n’ont pas d’érections nocturnes régulières.

Cavernosométrie à perfusion dynamique

Technique dans laquelle le fluide est pompé dans le pénis à un taux et une pression connus. Il donne une mesure de la pression vasculaire dans le corps caverneux pendant une érection.

Cavernosométrie du Corpus

Mesure de la cavernosographie de la pression vasculaire dans le corps caverneux. La solution saline est infusée sous pression dans le corps caverneux avec une aiguille papillon, et le débit nécessaire pour maintenir une érection indique le degré de fuite veineuse. Les veines qui fuient responsables peuvent être visualisées en infusant un mélange de milieu de contraste de solution saline et de rayons X et en effectuant un cavernosogramme. Dans l’Angiographie à soustraction numérique, les images sont acquises numériquement.

Angiographie par résonance magnétique

Similaire à l’imagerie par résonance magnétique (IRM). L’angiographie à résonance magnétique utilise des champs magnétiques et des ondes radio pour fournir des images détaillées des vaisseaux sanguins. Les médecins peuvent injecter un «agent de contraste» dans le flux sanguin du patient qui provoque la distinction de certains tissus vasculaires pour se démarquer des autres tissus. L’agent de contraste fournit des informations améliorées concernant l’approvisionnement en sang et les anomalies vasculaires.

Traitement de la dysfonction érectile

Le traitement de la dysfonction érectile ou traitement de l’impuissance masculine dépend évidemment de la cause du dysfonctionnement. L’exercice, en particulier l’aérobie est un préventif efficace contre la dysfonction érectile, son efficacité en tant que traitement de l’impuissance est néanmoins encore à l’étude.

La pharmacothérapie orale et les dispositifs d’érection au vide sont des traitements de première ligne, suivis d’injections de médicaments dans le pénis et d’implants péniens.

Médicaments oraux

Inhibiteurs de la phosphodiestérase de type 5 : Les phosphodiesterases nucléotidiques cycliques constituent un groupe d’enzymes qui détruisent les nucléotides cycliques, l’adénosine monophosphate cyclique et le guanosine monophosphate cyclique (cGMP). Les phosphodiesterases existent sous différentes formes moléculaires et sont réparties inégalement dans tout le corps. L’une des formes de phosphodiesterase est appelée PDE5, et l’inhibition de la PDE5 augmente la quantité de cGMP disponible dans l’approvisionnement en sang du pénis, ce qui augmente le débit sanguin. Les inhibiteurs de la PDE5 sildenafil (Viagra), Male Extra, le vardenafil (Levitra) et le tadalafil (Cialis) sont des médicaments d’ordonnance qui sont administrés par voie orale.

Médicament topique

Une crème topique combinant alprostadil avec l’amplificateur de perméation DDAIP a été approuvée au Canada sous le nom de marque Vitaros comme traitement de première intention contre la dysfonction érectile.

Médicament injecté

Un autre traitement est la thérapie par injection. L’un des médicaments suivants est injecté dans le pénis: papaverine, phentolamine et prostaglandine E1.

Thérapie par ondes de choc extracorporelles

La thérapie par ondes de choc extracorporelles est un traitement relativement nouveau pour la dysfonction érectile non-médicale, non chirurgicale et sans effets secondaires indésirables. C’est la même thérapie qu’utilisée en orthopédie, en urologie et en cardiologie et qui, à des énergies supérieures, sert à disséminer les calculs rénaux, appelés lithotripsie. L’indication de dysfonction érectile a été approuvée pour être utilisée en Europe, la plupart des pays au Moyen-Orient et en Amérique du Sud ainsi qu’au Canada. À ce stade, il n’a pas été approuvé par la FDA (U.S. Food and Drug Administration).

Pompes à penis

La pompe à pénis à base d’eau est un dispositif devant aider l’afflux sanguin vers le pénis en appliquant une pression négative. Ce type d’appareil peut être utilisé juste avant les rapports sexuels. Plusieurs types de dispositifs de traitement sous vide sont disponibles avec prescription médicale. Lorsque les méthodes pharmacologiques échouent, une pompe à vide externe conçue spécialement peut être utilisée pour atteindre l’érection, avec un anneau de compression séparé adapté au pénis pour le maintenir. Ces pompes doivent être distinguées des autres pompes à pénis (fournies sans bagues de compression) qui, plutôt que d’être utilisées pour un traitement temporaire de l’impuissance, sont censées augmenter la longueur du pénis si elles sont utilisées fréquemment ou vibrer comme aide à la masturbation. Plus drastiquement, des implants penilaires gonflables ou rigides peuvent être installés chirurgicalement.

Intervention chirurgicale

Dans une étude allemande sur 224 patients atteints d’hernie à l’aine, 23,2% ont mentionné une dysfonction sexuelle préopératoire liée à la hernie de l’aine. Au cours de la période postopératoire, la réparation chirurgicale a eu une influence positive sur la fonction sexuelle chez ces patients.

Souvent, en dernier ressort, si d’autres traitements ont échoué, la procédure la plus courante est l’implantation de prothèses impliquant l’insertion de tiges artificielles dans le pénis.

Médecine douce

Les thérapies alternatives ne sont pas recommandées par les professionnels de la santé pour traiter le dysfonctionnement sexuel. Beaucoup de produits sont annoncés comme produits d’amélioration sexuelle «à base de plantes» ou «traitements naturels contre la dysfonction érectile», mais aucun essai clinique ni aucune étude scientifique ne favorisent l’efficacité de ces produits pour le traitement de l’impuissance masculine.

Updated: 19 juin 2017 — 23 h 45 min

Laisser un commentaire

Flash Santé © 2016 Frontier Theme