Ski : Les bienfaits et contre-indications

ski-santéLes vacances de Février arrivent à grand pas, une période idéale pour aller dévaler les pistes avec sa paire de skis, tout en profitant de très beaux paysages, de l’air frais, mais aussi tout en brûlant quelques calories au passage. Mais en tant que sport extrême, le ski est également un sport dangereux qui fait de nombreuses victimes de diverses blessures chaque année (près de 150.000 par saison), avec un risque d’accidents à 73,7% notamment pour le ski alpin. Du côté de la santé, le ski est un sport qui reste conseillé, car il allie à la fois une grande dépense énergétique et une certaine sollicitation musculaire (pratiquement tous les muscles du corps doivent être en éveil et travailler ensemble pour un bon équilibre).

Les bienfaits du ski

En tant que sport, le ski reste donc conseillé pour une bonne santé. L’ensemble des muscles du corps sont sollicités, comme les fessiers, les mollets, la sangle abdominale, les quadriceps, le dos, les épaules, etc. Rappelons donc que toute dépense énergétique et toute calorie brûlée réduit les risques de prise de poids, de maladies cardiovasculaires, et améliore les capacités respiratoires. Voilà des qualités communes à tous les sports. Mais en plus, le ski offre aussi l’avantage de développer certains sens, comme l’équilibre, la coordination des mouvements, l’agilité et la concentration. Cela sans oublier la sensation de grande liberté, d’indépendance et de bien-être qu’il procure, ou encore la montée d’adrénaline.*

Les inconvénients et les risques avec le ski

Mais comme dit plus haut, il s’agit avant tout d’un sport extrême, qui présente d’importants risques d’accidents. Ces derniers sont surtout nombreux dans la pratique du ski alpin, et causent le plus souvent des entorses du genou (18%), une rupture du ligament croisé antérieur ou LCA (13%)n des lésions tête tronc (11%), une lésion de l’épaule (6%), des fractures de l’avant-bras ou du poignet (4%), des fractures de la jambe ou des chevilles (4%), des luxations, des traumatismes crâniens, des claquages, etc. Une grande partie des accidents sont certes liés aux chutes mais aussi une conséquence d’un matériel inadéquat et un ski qui ne se déchausse pas (ou mal) en cas d’accident. C’est pourquoi il est important de toujours avoir faire attention à ses fixations et vérifier que son modèle de chaussure de ski est bien adapté à sa morphologie et à son niveau de skieur.

Attention, tout ceci ne doit en aucun cas vous décourager, car tout dépendra également de votre comportement sur la neige. Pour vous rassurer, sachez que les seniors sont aussi nombreux que les jeunes sur les pistes. Mais ils font plus attention, et choisissent souvent les périodes creuses pour skier en toute tranquillité, et surtout pour être à l’abri de la fougue de certains casse-cou. C’est aussi pourquoi l’on note nettement moins d’accidents auprès de cette catégorie de skieurs.

Les contre-indications

Ainsi, pour contrer une certaine idée reçue, le ski n’est pas du tout contre-indiqué aux seniors. Mais comme ces derniers ne sont plus trop souples et qu’ils ont des os plus fragiles, ils doivent faire attention et redoubler de vigilance. Les réelles contre-indications sont surtout celles liées à l’altitude, notamment pour les personnes présentant des maladies cardiaques, une insuffisance respiratoire chronique, certaines maladies sanguines. Les personnes ayant un asthme déclenché par le froid ou l’effort, ceux ayant une bronchite chronique, les personnes enceintes et les enfants de moins de 18 mois, doivent également passer leur chemin.

Sinon, concernant tous les sports d’hiver, les pratiquants risquent aussi de souffrir d’hypothermie, ou encore de déshydratation. Donc si vous êtes une personne qui n’aime pas tellement s’encombrer avec de nombreux vêtements, ou qui n’aime pas trop boire de l’eau, le ski pourrait bien vous être proscrit.

Updated: 15 novembre 2016 — 20 h 35 min

Laisser un commentaire

Flash Santé © 2016 Frontier Theme